Quelle intercommunalité pour Plaisance ?

Depuis de nombreuses années, nous défendons le rattachement à la métropole, plus adaptée à la typologie de notre ville. Après avoir longtemps, dans la parole et dans les actes, prôné l’option inverse, M. Escoula a récemment évolué vers nos arguments. Il tente alors de justifier ses atermoiements : « Tant que nous sommes pauvres, nous rattacher à la métropole n'a pas d'intérêt, car si nous nous développons, nous devrons partager les fruits de notre développement ».
Au contraire : tant que nous sommes pauvres ,rattachons nous à la métropole. Nous pourrons alors bénéficier de l'efficacité de compétences mutualisés, et d'investissements inaccessibles tant que nous serons isolés. Nous estimons à 4M€ le manque de ressources chaque année lié à un mauvais choix d’intercommunalité.

La Communauté de Communes de la Save au Touch (CCST), dont M. Escoula est le président, est une coquille vide. Les compétences partagées de notre communauté de communes rurales sont sans impact sur la vie des Plaisançois. N’y figurent ni le développement économique, ni l’urbanisme, ni le transport. De plus, les mutualisations possibles ne sont pas mises en œuvre :
•    Équipements : Plaisance et La Salvetat ont construit séparément leurs cuisines centrales.
•    Tourisme et environnement : huit postes ont été créés pour un projet d’Agenda 21 qui reste embryonnaire.
•    Action culturelle et sportive : aucun projet structurant.
•    Communication : pas même un site internet

La Chambre Régionale des Comptes en 2010 s’interrogeait sur les ressources inemployées très importantes, préconisant de réajuster ses compétences. Elle dénonçait également l’improvisation financière. C’est donc logiquement que le préfet demandait sa dissolution.

En regard, Toulouse Métropole, c’est
•    Un budget de 100 M€ qui est mobilisé pour les transports,
•    Un urbanisme dessiné l’échelle de l’agglomération, garantissant cohérence générale et efficacité, et diminuant le risque de clientélisme et conflit d’intérêts,
•    Le cofinancement des infrastructures culturelles et sportives,
•    Une véritable politique de promotion touristique,
•    Des outils pour organiser le développement économique…

Les élus et l’équipe de “Réinventons Plaisance”
Hervé Legay, Catherine Leviaux-Navarro, Pascal Barbier
http://www.reinventonsplaisance.fr

Libellés : ,