La ville est à nous !

Xavier Smith - Hervé Legay - Pascal Barbier
 Le groupe RÉINVENTONS PLAISANCE transmet ses vœux les plus chaleureux à toutes les Plaisançoises et à tous les Plaisançois. Nous vous souhaitons aussi une année participative ! Chacun d’entre nous met en œuvre bien souvent des actions innovantes dans sa façon de consommer, de se déplacer, d’exercer la solidarité. Nous aspirons à une gestion municipale, légitimée par la participation du plus grand nombre, qui intègre ces initiatives, et répond à nos besoins concrets.

La gouvernance d’ « en haut »
Hélas, l’équipe majoritaire cantonne le Plaisançois dans un rôle d’électeur - consommateur.
•    Notre maire a investi son énergie et sa disponibilité dans ses projets dont il a fait son affaire personnelle. Si personnelle qu’ils ont abouti à son isolement sur la scène politique toulousaine, et à celui de notre commune, orientée vers des intercommunalités de second ordre (La Save au Touch aujourd’hui, le Muretain demain) ;
•    Les dossiers concrets (transports, lycées, infrastructures sportives,…), aux interminables dérives, pâtissent du manque d’implication, mais aussi de dotation financière : Plaisance n’a contribué que pour 10 € par habitant au fonctionnement des transports, contre 250 € par habitant pour la communauté urbaine ;
•    D’autres dossiers sont aussi préparés en catimini. Ainsi, le maire présente comme une mesure sociale l’acquisition de 43 ha à la Béguère et leur mise à disposition à certains agriculteurs choisis. Or, certains bénéficiaires ont décapitalisé leur patrimoine pour l’urbaniser ; d’autres bénéficient déjà de prêts gratuits de terrain communal. De plus, ce montage empêche l’installation de jeunes agriculteurs, soutenus par la SAFER, et la chambre d’agriculture. Tout cela est bien loin du projet socialiste !
Les conseillers majoritaires sont aussi responsables, car ils votent les délibérations.

Une concertation en amont évite les erreurs
A cette gestion « monarchique », nous souhaitons opposer une véritable gouvernance partagée.
•    Plusieurs réunions publiques, des manifestations de parents d’élèves, ont été nécessaires pour demander un lycée de proximité. Des revendications que nous relayons avec force aux conseils, ou aux élus en charge du dossier. Une concertation réalisée plus en amont aurait montré qu’il aurait fallu construire le lycée à Plaisance, et non à Tournefeuille : la durée de transport aurait été minimisée, sans risques de déstabiliser le lycée Rive Gauche !
•    Nous pouvons multiplier les exemples : Les Ocrelines, la Geyre, lancées avant les transports…
Les projets devraient toujours suivre un processus participatif pour aboutir au succès.

Il nous reste beaucoup à construire ensemble !

Plus d’infos sur http://reinventonsplaisance.fr
Hervé LEGAY, Xavier SMITH, Pascal BARBIER

Libellés : , ,