Transport mode d’emploi ?

Comme à chaque rentrée, nous espérons une amélioration des transports. Hélas :
Notre secteur est sous-équipé bien que très peuplé : La comparaison avec l’Est toulousain nous fait pâlir d’envie. Les couloirs bus y foisonnent. Les trajets sont rapides. Même Dremil Lafage est desservie jusqu’à 1h du matin grâce au transport à la demande ! A Plaisance, les bus sont noyés dans le trafic, et la desserte est quasi inexistante en soirée et le dimanche.
Ces lycées à 1h de route : Pour un accès rapide au lycée du Mirail, nous n’avons cessé de promouvoir un aménagement efficace et peu cher sur l’avenue du Marquisat. Voilà bientôt 10 ans que les parents d’élèves ont manifesté et c’est toujours le statu quo ! Même inertie pour le lycée de Fonsorbes, desservi par des bus Arc en Ciel souvent vides. Les Plaisançois ne peuvent les emprunter, en raison d’horaires inadaptés.
Les Ocrelines : Dès sa création, nous avons alerté sur l’incohérence de ce projet à vocation sociale, loin du centre ville et des moyens de transport. Le maire n’a pris conscience du problème qu’à l’arrivée des habitants, devant leur désarroi. La ligne 55 sera aménagée, mais seulement pour 2012. Un peu tard, car les habitudes de mobilité sont déjà prises.
Modes doux : Beaucoup reste à faire pour les développer ! En particulier pour le covoiturage. Vu la distance des sites universitaires, des lycées, et de certains bassins d’emplois, il faut impulser de nouvelles pratiques dès la rentrée!

Les raisons de cette inefficacité ?

Au delà du manque d’infrastructures, nous regrettons une implication insuffisante de la majorité municipale pour développer des solutions adaptées aux besoins. Notre maire est président du SITPRT. Quelle est la valeur ajoutée de ce syndicat de transports, autre que ses coûts d’administration ? Ses rapports annuels sont vides de contenu. Notre conseillère générale, ancienne inspectrice d’académie, semble également peu consciente des problèmes liés aux transports scolaires. Plus généralement, le dossier "transports" n'est traité dans aucune commission municipale, et aucun conseiller majoritaire ne s'y aventure.

Il est réservé, et stratégique. De vastes projets d’urbanisation dépendent des infrastructures de transports. Or, pour certains élus, la casquette de l’aménageur l’emporte sur celle de l’usager. Pour rappel, Tisséo a validé le projet de La Geyre, insensible à l’accroissement annoncé de 35% du trafic ! Sans même formuler de recommandations pour le synchroniser avec le projet de Bus en Site Propre. Il est vrai que ce dernier est sans cesse retardé…

Plus d’infos sur http://reinventonsplaisance.fr
Hervé LEGAY, Xavier SMITH, Pascal BARBIER

Libellés : ,