PLAISANCE SUR LA TOUCHE ?

La loi de réforme territoriale de 2010 prévoit une réforme en profondeur des intercommunalités. Les objectifs annoncés sont de les rationaliser et de renforcer le rayonnement et la compétitivité des grandes agglomérations, en particulier au niveau international.

Le Grand Toulouse va ainsi recevoir de nouvelles compétences et devenir le lieu où se prennent la majorité des décisions de la vie locale, dont le développement économique, l’aménagement urbain. Et cette tendance s’accentuera à l’avenir.

Le préfet, chargé de mettre en œuvre cette réforme, propose de dissoudre notre Communauté de Communes de la Save au Touch (CCST) pour que les communes rurales soient intégrées dans des intercommunalités rurales (Gascogne et Cadours). Il propose également que Plaisance, Léguevin et La Salvetat entrent dans le Grand Toulouse.

Notre maire fait preuve d’inconstance sur ce sujet.
1.      En 1999, il impulse la création de la CCST et refuse d’entrer dans la Communauté d’Agglomération du Grand Toulouse (CAGT).
2.      Rétropédalage en 2007, quand il motive sa décision de ne pas se représenter au conseil général "pour se consacrer à la préparation de l'entrée de la CCST dans la CAGT".
3.      Nouvelle volte face en Avril 2011, lorsqu’il fait part aux élus de la CCST de son hostilité à rejoindre la métropole.


NOTRE ANALYSE

Hervé Legay : « Une métropole doit permettre une organisation plus cohérente du territoire, une meilleure efficacité financière au travers d’investissements mutualisés. Les citoyens ont donc intérêt à ces rapprochements. Pourtant, certains décideurs locaux réagissent avec méfiance, craignant pour leur influence. Il est temps de rénover cette pratique féodale du pouvoir. »

Xavier Smith : « En s’excluant du Grand Toulouse, notre ville accroît son retard dans le développement de ses infrastructures. Il faut laisser son égo de coté au profit de la commune. »

Pascal Barbier : « Le maire défend son pouvoir, il ne s’en cache pas, au sein d’une petite communauté rurale. Les Plaisançois sont de facto mis à l’écart des grandes décisions de la métropole. Petite communauté : petits moyens. »

En conclusion, Plaisance, sixième ville de l’agglomération, a une place majeure à prendre au sein de la future métropole Toulousaine. Elle ne doit pas laisser passer cette chance.

Plus d’infos sur www.reinventonsplaisance.fr

Libellés :