Conseil municipal du 22 juin 2010

 Ce premier conseil de l’été était principalement dédié à l’examen des questions diverses laissées en suspens lors des précédents conseils. Nous nous attendions également à des informations importantes sur les Portes de Gascogne. Le Maire s’est juste limité au recensement des procédures passées et en cours à l'encontre du projet.

Les questions diverses étaient à l’’image des groupes minoritaires:

- Charge politicienne du collectif de gauche, qui s’indigne des propos de l’UMP dans le magazine municipal. Un débat s’instaure sur la liberté d'expression des groupes politiques dans le magazine municipal, et se conclut par un refus du maire de proposer le vote. La demande d'apposer la devise française au fronton de la mairie, n’aura pas plus de succès. Naturellement, personne ne s’y oppose, mais est-ce une urgence ?

- Registre de la sécurité pour l'UMP, qui demande des mesures pour stopper l’accroissement des délits observé l’été. Le maire décrit les mesures, surtout préventives, qui sont prises en partenariat avec les forces de l'ordre, ainsi que les résultats encourageants obtenus.

- Et enfin un véritable débat à l’initiative de Réinventons Plaisance, opposant nos visions sur l’intercommunalité. Le maire confirme sa réticence à intégrer le Grand Toulouse. Il est préférable, selon lui, d’être une grosse ville à la tête d'une communauté rurale plutôt qu'une ville moyenne noyée dans une large communauté urbaine dans laquelle le maire a peu de pouvoir. Sa stratégie est de croître en faisant entrer de nouvelles communes dans la communauté de communes (ainsi Fonsorbes, probablement en 2012), puis une fusion éventuelle avec l’Agglo du Muretain pour se présenter plus fort à l'entrée de la communauté urbaine du Grand Toulouse. Mais ses propos reflètent l’isolement de Plaisance, accentué par les Portes de Gascogne. Nous opposons une vision à long terme d'un partenariat intelligent de notre ville avec ses voisines pour l'aménagement cohérent du territoire: Accès à une stratégie concertée du développement des transports, partage des ressources pour la construction des équipements culturels et sportifs, mutualisation des moyens comme par exemple pour la gestion des cuisines centrales. Nous concluons la séance en constatant les divergences importantes de point de vue qui nous opposent au maire et à certains de ses conseillers.
Un compte rendu détaillé est disponible ici...

Libellés :