Conseil municipal du 25 février 2010

Une fois de plus, ce conseil a démarré bien calmement, au gré de décisions qui nous paraissent maintenant presque habituelles. Rappelant alors l'ambiance des premiers conseils, le ton est monté de nouveau à l'abord des questions diverses, pour finir par des attaques personnelles sur certains membres de notre groupe.

Parmi les points importants à l'ordre du jour:
- Une modification sur une demande de subvention pour la construction d’un bâtiment servant de vestiaire de foot au stade d’honneur, suite à une nouvelle estimation de l'opération (qui passe ainsi de 266,5 à 305 k euros HT). Nous avons rappelé ce que nous avions déjà préconisé en janvier 2009: la construction d’installations définitives sur le terrain annexe plutôt que d’installations provisoires sur le terrain d’honneur.
- L'adoption du programme et de l’enveloppe financière de l’opération de rénovation du Centre Ville (Conception et réalisation de la Place Bombail et ses abords) : nous avons souligné que ce projet est loin de la proposition ambitieuse que nous avions faite en décembre dernier.

Dans les questions diverses, le Maire refuse tout d'abord de nous donner un état de la situation sur les Portes de Gascogne. Cet échange donne lieu à une altercation assez vive. Le maire nous reproche en effet la communication d’informations erronées et nous refuse tout droit de regard sur la politique économique. Nous rappelons alors qu’un conseil municipal a un fonctionnement démocratique, contrairement aux entreprises, et que la transparence doit être de mise. Au minimum, nous demandons un débat d’orientation économique.

Un peu plus tard, nous réitérons notre demande de disposer d'un certain nombre de documents pour motiver nos décisions (délibérations du SIDEXE, liste du patrimoine foncier de la commune, etc..).

Le maire refuse ensuite de nous octroyer une salle pour le 7 mars, à cause de la proximité des élections. Pour la date du 27 avril, la réponse est également négative car des réunions (publiques ?) seraient prévus à propos du Document d’Aménagement Commercial et également avec le SMTC et le SITPRT.

Le ton est donc monté lors de cet échange. Nous le regrettons, mais nous continuons de demander le droit à l’information prévu par la loi, ainsi que le droit à rencontrer des Plaisançois.

Un compte-rendu détaillé est consultable en cliquant sur ce lien.

Libellés :