RD924 : L’incohérence territoriale ?

Le Schéma de Cohérence Territoriale (ScoT) de l’agglomération toulousaine est en révision. Il définit ses axes de développement jusqu’en 2030 et tente d’équilibrer zones d’habitation, d’emploi et de commerce.

Les élus affichent désormais leur volonté de stopper l’étalement urbain inconsidéré, de mettre fin aux concentrations commerciales périphériques, de donner la priorité aux infrastructures de transports en commun…

Ainsi, le Plan de Déplacement Urbain, volet transport du ScoT, proscrit toute nouvelle voirie de type autoroutière, qui contribuerait à accroître l’aire urbaine. Les nouveaux axes de communication doivent au contraire permettre de densifier l'habitat et privilégier les transports en commun.

Quid du Sud-ouest toulousain ?

La zone Sud-ouest connaît la plus grande croissance économique et démographique de l’agglomération. Elle dispose d’importantes réserves foncières. La mutation de Francazal ouvre également des perspectives immobilières considérables. Le bassin de vie s’étend entre les pôles de Colomiers et de Portet, où sont concentrés emplois et zones commerciales.

Il semblerait donc naturel de structurer cette zone autour d’un boulevard urbain transversal Portet – Plaisance – Colomiers. Un tel axe, avec un transport en communs rapide et efficace, permettrait de drainer des zones d’habitations et d’activités économiques nouvelles.

Une toute autre voirie se dessine.

La RD924 serait en fait un contournement autoroutier de Tournefeuille, prolongeant la future Voie du Canal St Martory (axe St Simon Cugnaux) vers la déviation de Léguevin. La largeur envisagée pour ces voies expresses (enterrées sur certains tronçons) créerait une réelle rupture urbaine avec de nombreuses nuisances.

Ce projet est totalement contraire aux objectifs annoncés du ScoT. Il reproduit les erreurs du passé, oriente le développement de notre zone, et menace Plaisance. Nous devons nous mobiliser pour que la D924 soit un boulevard urbain, c’est à dire une voirie limitée à 50km/h, avec couloir bus et pistes cyclables.

Libellés : ,