Compte-rendu du conseil municipal du 11 décembre 2008

Le conseil s’est déroulé calmement, malgré quelques échanges vigoureux entre le maire et les listes minoritaires.

Un CR plus détaillé est consultable ici.

Parmi les décisions les plus importantes à l’ordre du jour :

- Constat d’importants suppléments dans le budget de la construction du gymnase Rivière (qui a ouvert cette semaine). Le maire a reconnu que l’architecte a été très léger dans la préparation, les études et le suivi de ce programme.
- Avis favorable donné à l’extension du zoo, assorti de quelques réserves concernant les nuisances sonores et olfactives qui pourraient être transportées par les vents dominants.
- Travaux de renforcement du réseau d’eaux pluviales sur le plateau de la ménude pour prévoir le traitement de la future RD924 au cas où le projet des portes de Gascogne ne se ferait pas.

Les élus RP signalent que si le projet de Tramway avance, il reste l’épineuse question du financement, et que Plaisance, contribuant au SMTC via le SITPRT (et non la communauté d’agglomération), n’est pas en position très favorable. Ils s’inquiètent surtout du status quo sur le projet de site propre sur la CD50, qui condamne les lycéens Plaisançois à des journées épuisantes.

La séance des questions diverses a été riche et assez animée. Le maire commence par les deux questions de RP.
- A la question de l’avancement de l’audit social, qui était prévu pour la fin de l’année, il répond que les résultats seront rendus fin janvier. Il annonce d’ors et déjà que l’audit relève que les employés municipaux aiment fortement leur ville et que les problèmes sont essentiellement des problèmes de transversalité.
- La deuxième question, à propos de l’égalité des listes dans la feuille d’expression politique du magazine municipal reçoit une fin de non recevoir. Le maire ne veut pas que les contributions soient toutes remises à la même date. Sa liste continuera à lire nos contributions pour rédiger les leurs.

Le maire répond ensuite à la question de l’UMP à propos de l’organisation du service minimum d’accueil lors des grèves des enseignants. Un débat très politique est engagé sur le sujet du droit de grève, de l’absurdité d’une mesure inapplicable, du transfert de responsabilité entre l’éducation nationale et les communes.

Le maire fait ensuite adopter un courrier des élus concernant la suppression des RASED (réseaux d’aide aux enfants en difficulté).

Vient enfin la lecture de la lettre ouverte de la liste d’extrême gauche au maire. Le collectif demande au maire d’organiser une réunion publique pour expliquer les enjeux de la politique actuelle concernant les mesures de réorganisation des services publics.
La motion ne reçoit qu’une seule voix : celle de son auteur.

Continuons à nous battre pour faire valoir les idées de nos concitoyens !

Libellés :