Compte-rendu du conseil municipal du 9 octobre 2008

Comme à l’habitude, le conseil municipal s’est déroulé dans le calme et le ronron des décisions de gestion courante pour la première partie. A l’abord des questions diverses, le ton est monté, l’ambiance s’est réchauffée crescendo pour finir, comme souvent, par des attaques personnelles insupportables.

Un CR plus détaillé est consultable ici.

Quelques délibérations nécessitaient les éclaircissements que nous avons demandés :

- Un projet de préemption des fonds et baux commerciaux était proposé sans qu’aucune orientation ne soit présentée pour la redynamisation du Centre-ville ;

- Plus de 40 ha de terrains communaux proposés à trois personnes pour un prêt à titre gratuit. Pourquoi ne pas appliquer un bail ?

- La construction d’un centre d’accueil petite enfance est prévue, alors qu’aucun projet n’a été présenté aux conseillers actuels. Une procédure intermédiaire, dite négociée, est proposée pour le choix du maître d’œuvre. Elle permet plus de « flexibilité » pour l’équipe majoritaire, mais est-elle garante de l’intérêt des Plaisançois ?

- Six véhicules municipaux sont cédés à des prix incroyablement bas. Témoin, cette Mercedes 85000 kms, cédée 300 Euro !

- Une nouvelle grille d’indemnités pour le personnel communal est proposée, destinée à compenser les écarts de salaire avec ce qui se pratique dans d’autres collectivités. Pourquoi ne pas présenter au préalable les conclusions de l’Audit du personnel, qui a recommandé cette décision ?

Pour ces questions, M. le Maire a donné quelques précisions, qui figurent dans notre compte-rendu détaillé. La parade consiste souvent à mentionner que les projets ne sont pas finalisés, et que nous serons informés, voire même consultés. Nous prenons note de ces engagements. Mais pourquoi délibérer avant la fin du processus ?

L’ambiance s’est très nettement dégradée lors des questions diverses :

- M. Requena demandait l’envoi d’un courrier à la poste pour protester contre l’ouverture au public de son capital. Bien que n’ayant pas rapport avec la commune, la motion a été adoptée par le Conseil. Nous nous sommes abstenus ;

- Nous nous sommes enquis du statut de la motion votée fin juin à notre demande pour demander l’aménagement d’un site propre sur la CD50. M. Escoula répond qu’elle est toujours d’actualité, et que des précisions seront données par Tisséo fin octobre.

- Concernant l’avis négatif rendu par le SMEAT (117 communes de l’agglomération) sur le projet des Portes de Gascogne, M. Escoula n’y prête pas grande valeur. Il n’envisage pas de redimensionner le centre commercial à la baisse. Selon lui, « un jour viendra où les ténors politiques de la région se réconcilieront ». Nous soulignons que l’isolement de Plaisance est préjudiciable à son développement, et bloque tous les projets d’intercommunalité (comme une piste d’athlétisme, une salle de spectacles, ou une piscine,…)

- Enfin, M. Comas prend la parole et fustige les opposants aux Portes de Gascogne, dans une tirade agressive mêlant intimidations, menaces et insultes. Il vise « Réinventons Plaisance », et plus précisément M. Barbier, son président, présent dans la salle, qui ne peut pas se défendre. M. Escoula ne déjuge pas son conseiller et confirme les menaces proférées sur les opposants aux Portes de Gascogne.
Le malaise de certains conseillers de la liste majoritaire est perceptible. L’image renvoyée par leur équipe est pitoyable.

Continuons à nous battre pour faire valoir les idées de nos concitoyens !

Libellés :